herbstlicheblume:

Oh my goodness… Hot daniel radcliff! auf We Heart It - http://weheartit.com/entry/111107684

herbstlicheblume:

Oh my goodness… Hot daniel radcliff! auf We Heart It - http://weheartit.com/entry/111107684

razorblades-and-daisychains:

Thank You Harry💖 on We Heart It.

razorblades-and-daisychains:

Thank You Harry💖 on We Heart It.

“I’ve never gone out to deliberately shock. It’s just we’re all growing up. I don’t think they’ve ever heard me say the C-word. But there’s something liberating about saying ‘fuck’.”

superbestiario:

True Romance: The Heartache of Wartime Farewells, April 1943 by Alfred Eisenstaedt at the height of the Second World War.

wifi-wizerd:

LOOK AT HIM HE IS THE TEA

kotakucom:

This is the village of Nukumori no Mori, or, in English, the Forest of Warmth, in Shizuoka, Japan. People say visiting it is like jumping into a Studio Ghibli movie.

rupelover:

Rupert Grint // Filmograhpy [x]

"Elle était un peu mate de peau mais avec les cheveux châtain-clair ou blond foncé je sais jamais. Mais surtout elle avait l’air douce, bienveillante et sereine, comme si elle avait pas renoncé, à rien, comme si elle avait jamais douté de la beauté du monde, ni de celle des hommes. J’me suis fait quelques films, osés mais jolis, restait tout de même à établir le contact, ce qui est impossible à faire en réalité, on nous le fait croire dans les films mais c’est une vaste arnaque. Ça m’est retombé dessus d’un coup, j’me suis senti seul, triste et fatigué. J’y arrive pas sans toi, j’arrive plus à encaisser. Comment est-ce que ça va se finir, comment est-ce que je vais faire ? J’ai besoin de toi comme d’une infirmière, que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien, que tu refasses mes stocks de sérotonine, que tu me dises que c’est rien. J’ai compris que tu voulais pas de moi pour l’instant mais je me force à croire qu’avec du temps tu changes d’avis, et dans la nuit je rêve encore que tu m’emmènes danser jusqu’au matin. Sur la musique on va on vient, on s’éloigne et on revient, puis tu t’élances et je te tiens, je te retiens du bout des doigts pour te ramener contre moi."

Fauve - Infirmière  (via au-dela-du-brouillard)

"

Sur la musique, on va on vient,
On s’éloigne et on revient
Puis tu t’élances et je te tiens
Je te retiens du bout des doigts
pour te ramener contre moi

Sur la musique, on va on vient,
Corps contre corps, main dans la main
Plus rien n’existe, plus rien de rien
Quand je te tiens du bout des doigts
pour te ramener contre moi

"

Fauve - Infirmière (via breathedreamlive)